ORIENTATION / CONCOURS

Parcoursup : où se sont inscrits les élèves en 2022 ?

Parmi les 627 000 élèves de terminale scolarisés en France en 2022 et inscrits sur Parcoursup, 96,7 % ont confirmé au moins un vœu hors apprentissage en phase principale selon la note du SIES Parcoursup 2022 : Les vœux des lycéens à l’entrée dans l’enseignement supérieur. Le nombre de formations proposées progresse de nouveau à 13 800 (hors apprentissage), soit 500 formations de plus qu’en 2021. Toutes séries confondues, le nombre de vœux par candidat est constant, passant en moyenne de 12,8 en 2021 à 12,9 en 2022.

Le nombre d’élèves de terminale inscrits sur Parcoursup diminue quant à lui de 2,2 % par rapport à l’année dernière, soit 14 000 candidats en moins, alors que les effectifs d’élèves en terminale sont stables (- 0,3%). Cette baisse concerne particulièrement la série professionnelle : – 7,5%. 

La hiérarchie des formations dans les listes de vœux est identique à l’année dernière. La licence représente en moyenne 35% des vœux (y compris 4% de vœux en LAS), les CPGE 6%, les diplômés d’État (D. E) sanitaire et social 6 également et les PASS (4 %). La part du nombre de vœux en licence a ainsi augmenté de 1,9 point entre 2021 et 2022. Une hausse qui concerne principalement les vœux des candidats de la série générale (+ 2,1 points) et dans une moindre mesure ceux de la série professionnelle (+ 0,7 point) et technologique (+ 0,3 point).

A contrario, la part du nombre de vœux en BTS (28%) a diminué de 1,6 point en un an, formation demandée par 47 % des terminales technologiques (- 2,1 points) et 75% des terminales professionnelles (- 1,6 point). Logiquement la part du nombre de vœux en BUT augmente donc sensiblement pour les candidats de la série technologique (19 %, + 1,5 point), même si elle reste stable dans l’ensemble à 11%.

9 candidats de série générale sur 10 confirment un vœu en licence hors LAS (91 %), un tiers en BUT (33 %) et un quart en LAS (26 %) ou en CPGE (24 %). Pour les 10 combinaisons d’enseignements de spécialités (EDS) les plus fréquentes, choisies par 79 % de ces terminales, les vœux sont cohérents avec les choix d’EDS :

  • 58 % des terminales avec les EDS Mathématiques et Physique-Chimie ont
    confirmé un vœu en CPGE et 40 % en école d’ingénieurs ;
  • ceux ayant suivi la spécialité SVT choisissent, en majorité, des formations en santé, notamment pour la combinaison SVT et Physique-Chimie, où 70 % ont confirmé un vœu en LAS, 58 % en PASS et 25 % en D.E sanitaire ou social ;
  • pour la doublette d’EDS (mathématiques, numérique et Sciences
    Informatiques), qui rentre dans le top 10 cette année, 73 % des candidats ont confirmé un vœu en BUT et 32 % une école d’ingénieurs

Les classes préparatoires en retrait de 3,5% avec des résultats contrastés

 La réforme du 1er cycle des études de santé conduit à une évolution des vœux dans ces filières. Si moins de candidats ont choisi de s’orienter en PASS, c’est notamment parce que les élèves de terminale ayant confirmé une formation LAS font moins souvent que l’an dernier un vœu en PASS (42 %,- 3,4 points). Il en est de même pour ceux ayant confirmé une CPGE (14 %, – 1,7 point), une école d’ingénieurs (13 %, – 1,6 point), une licence (11 %, – 1 point) ou encore un D.E sanitaire et social (27 %, – 0,4 point).

De plus, les candidats ayant confirmé un vœu en PASS diversifient un peu plus que l’an dernier leur liste de vœux notamment vers les autres filières de santé : 83% d’entre eux confirment un vœu en LAS (+ 2,9 points par rapport à 2021), 77 % une licence (+ 1,9 point) et 29 % un D.E sanitaire et social (+ 2,1 points).

Trois candidats sur quatre ont confirmé au moins un vœu hors de l’académie de leur lycée, part équivalente à celle de 2021 (+ 0,3 point), après une augmentation de 5 points entre 2020 et 2021. Alors que la part des candidats
boursiers (26%) est la même qu’en 2021, celle de ceux ayant confirmé au moins un vœu hors de l’académie (67%) connait une légère hausse de 1 point.

Olivier Rollot (@ORollot)

Previous ArticleNext Article
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend