EMPLOI / SOCIETE

Qu’attendent les recruteurs des diplômés ? Les diplômés des entreprises ?

Le congrès 2019 de la Conférence des grandes écoles était largement consacré à la question des compétences et de l’emploi. Pour illustrer le propos une étude a été réalisé par l’Institut Ipsos.

En résumé. Du côté des candidats on entend comme toujours le rejet du management vertical et, au contraire, la valorisation du « manager coach » qui va « prendre part au développement du jeune talent ». Les diplômés demandent qu’on leur laisse de l’autonomie, de la qualité de vie au travail, un bon équilibre vie privée / vie professionnelle et de la flexibilité. Surtout une entreprise doit être en adéquation avec leurs propres valeurs et leur donner une utilité sociale. Ils parlent de « job à impact » vs. « bullshit jobs ».

Du côté des RH si ces questions sont bien évidemment prises en compte, si l’évolution numérique reste au cœur des besoins, le sujet majeur devient « comment recruter des collaborateurs alors qu’on ne sait pas quels seront les métiers de demain ? » D’où l’importance croissance donnée aux soft skills quand les entreprises espèrent recruter des profils « capables de travailler à la conduite du changement en entrainant avec eux les salariés actuels » selon le verbatim de l’étude.

Grandes écoles et recruteurs. Être diplômé d’une Grande école évoque tout un système de valeurs positif pour les recruteurs qui jugent leurs diplômés « sérieux, à l’esprit structuré, autonomes et travailleurs ». Logiquement ils ont une excellente opinion des Grandes écoles (à 93%) – tout comme le grand public qui les plébiscite à 82% – leur première qualité étant qu’elles « apprennent à travailler dans un

environnement international et multiculturel » et qu’elles « permettent d’acquérir une expérience professionnelle avant même d’être diplômé ».

Dans ce contexte le passage par une CPGE (classe préparatoire aux grandes écoles) est valorisé mais pas autant que le diplôme.

 

Les Grandes écoles et les jeunes. Les Grandes écoles restent les établissements d’enseignement supérieur dans lesquels les jeunes (38%) comme leurs parents (35%) font le plus confiance pour obtenir un emploi. Loin devant les BTS et l’université. Le premier argument est que les Grandes écoles « permettent de se constituer un réseau professionnel pour sa future carrière ». Suit du côté des étudiants « être diplômé d’une Grande école permet d’aller travailler à l’étranger plus facilement » quand les parents expliquent qu’être « diplômé d’une Grande école permet de trouver facilement un emploi en CDI ».

Si l’intérêt pour les classes préparatoires est en hausse par rapport à 2016 le différentiel entre l’intérêt des parents et de leurs enfants n’en reste pas moins particulièrement important.

En termes de moyens d’information quant à leur future orientation, les jeunes plébiscitent les forums et salons étudiants mais sont surtout 42% à s’appuyer sur les témoignages d’étudiants. Plus que jamais les réseaux sociaux doivent être scrutés de près…

Previous ArticleNext Article
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend