ECOLES DE MANAGEMENT

Stratégie d’école : ESCP Europe toujours plus multiculturelle

« Dans un monde multipolaire où le business est impacté directement par la diversité culturelle, l’Europe devient le terrain d’apprentissage idéal pour des managers transnationaux.» Directeur général d’ESCP Europe, Frank Bournois en est persuadé, son modèle multi-campus européen est plus que jamais d’actualité et l’interculturalité se doit d’être au centre de sa nouvelle stratégie. Baptisée « Culture for Business » ou « « C4B », cette dernière a pour ambition de « former les leaders transnationaux de demain ». Le tout dans un environnement financier difficile.

Tous trilingues !

L’ESCP Europe va imposer à tous ses étudiants un parcours multi-campus – au moins deux dont le nouveau campus de Varsovie qui ouvrira à la rentrée prochaine – d’ici la rentrée 2019. Le Master in Management et le Master in European Business se dérouleront ainsi sur plusieurs campus de façon systématique et les Masters généralistes se feront au minimum à 50% à l’étranger. L’ESCP compte également développer et renforcer ses partenariats internationaux. « L’ESCP n’a pas vocation de créer des managers uniquement européens », rappelle Frank Bournois.

L’ESCP Europe cherche également à développer le multilinguisme chez ses étudiants et à garantir, aux élèves comme à leurs futurs employeurs, la maitrise d’une troisième langue en plus de leur langue maternelle et de l’anglais. « La langue, outil efficace pour comprendre une autre culture, représente un excellent moyen pédagogique pour aller explorer la complexité du management interculturel. » Enfin, dans le but de renforcer son caractère multiculturel, l’ESCP Europe souhaite internationaliser ses recrutements. Ainsi, à la rentrée 2015, sera lancé le Bachelor in Management sur le campus londonien. Il rassemblera 45 étudiants et aura comme ligne directrice « 3 ans, 3 pays, 3 langues ». Après une année à Londres, les étudiants auront le choix entre le campus de Turin et de Madrid et se retrouveront en dernière année sur le campus de Berlin.

Trouver de nouvelles ressources

Frank Bournois ne le cache pas : le budget de l’ESCP Europe, actuellement de 90 millions d’euros, va se retrouver amoindri d’une dizaine de millions d’euros avec la baisse des financements provenant de la taxe d’apprentissage et des dotations la Chambre de Commerce et de l’Industrie de Paris Ile-de-France. Pour autant les frais de scolarité, qui représentent 68% des revenus, ne seront pas augmentés (à l’exception des frais d’inscription pour les étudiants non européens qui évolueront à la hausse « de façon raisonnable»).

Non, pour trouver les ressources manquantes, Frank Bournois compte sur des opérations internes de réallocation des ressources, sur le fundraising (qui représente actuellement 2,3% du budget de l’école) et sur le développement d’une offre de formation continue (16% du budget). L’ESCP Europe souhaite ainsi développer des programmes de formation continue sur mesure à destination d’entreprises non européennes cherchant à découvrir et pénétrer le marché européen.

Renforcer le déploiement du numérique

La business school dispose déjà de programmes intégrant le numérique, comme par exemple le Digital EMIB (Digital Executive Master in International Business) qui est un programme entièrement digital et déployé depuis Madrid sur l’ensemble des cinq campus. L’ESCP souhaite désormais développer et accentuer l’implémentation du numérique dans ses programmes car, comme l’explique Frank Bournois, « le numérique n’est pas qu’un instrument pédagogique, il permet la diffusion culturelle entre les campus ».

Juliette Berardi

Previous ArticleNext Article
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend