EMPLOI / SOCIETE

Des jeunes heureux comme jamais !

67% des jeunes considèrent, en 2022, que leur vie actuelle correspond à leurs attentes selon le Baromètre 2022 de la direction de la jeunesse de l’éducation populaire et de la vie associative (DJEPVA) du ministère de l’Education. C’est le plus haut niveau de satisfaction jamais mesuré depuis l’introduction de cet indicateur en 2016. L’amélioration (+ 7 points) est particulièrement marquée par rapport à 2021 où elle était à un niveau particulièrement bas, mais également présente par rapport aux niveaux mesurés avant la pandémie (entre 60% et 65%).

Si les jeunes, et tout particulièrement les étudiants, ont été durement éprouvée par les deux ans de pandémie – insertion professionnelle ralentie, perte des liens sociaux, et dégradation de leur santé psychique – cela va spectaculairement mieux. La dynamique positive de création d’emplois au sortir de la crise sanitaire profite à la jeunesse : les pénuries de main-d’œuvre constatées dans certains pans d’activité et la réouverture de secteurs qui avaient été touchés par les mesures d’endiguement (tourisme, gastronomie, hôtellerie, culture, sport) contribuent à l’amélioration de leur moral.

Quelques stigmates de la période subsistent toutefois : les jeunes éprouvent des sentiments de solitude épisodiques plus fréquents tandis que les jeunes femmes ne retrouvent pas encore leur moral d’avant crise. Et les effets de la guerre en Ukraine restent encore difficilement perceptibles.

Les jeunes se déclarent plus souvent heureux et plus déterminés, motivés et persévérants qu’en 2021. Effet du retour à la vie normale ? Reprise du marché du travail ? Les indicateurs retenus tels que le sentiment que la vie actuelle répond à leurs attentes (+7 points à 67% soit un niveau encore jamais atteint), ou encore la confiance en l’avenir (+6 points) confirment cette nette amélioration.

66% des 18-30 ans se disent confiants dans leur avenir personnel et ils se déclarent spontanément plus souvent heureux qu’en 2021 (+13 points). 35% des jeunes ressentent encore une très grande pénibilité quant à la pandémie de Covid, mais cela représente une baisse de 14 points par rapport à 2021.

Les jeunes femmes restent davantage affectées par la période. Si le moral des jeunes hommes a été un peu affecté par la crise (- 4 points d’états d’esprit positifs par rapport à début 2020), mais a très vite retrouvé ses équilibres pré-Covid, chez les jeunes femmes, l’opinion se dégrade plus nettement en 2021 (- 9 points) et n’a pas retrouvé son
niveau pré-Covid, à 41 % (soit toujours – 6 points).

Ces constats sont une constante puisque dans les enquêtes du CRÉDOC, les femmes portent en général une opinion plus sombre sur leur vie ou leur avenir. En 2022, par exemple, 18% des femmes considèrent que leurs conditions de vie vont s’améliorer au cours des cinq prochaines années, contre 21 % des hommes. Selon le CRÉDOC, ces différences « tiendraient pour partie à la persistance de normes sociales et en particulier à la moins grande place laissée dans notre société à l’expression des sentiments des hommes qui auraient, par voie de conséquence, tendance à sous-déclarer certains ressentis négatifs ».

 

Un sentiment de solitude. Si la proportion de jeunes ayant déclaré un sentiment de solitude « tous les jours ou presque » ou « souvent » retrouve pratiquement son niveau d’avant Covid (31 %), les jeunes se sentant seuls « de temps en temps » sont plus nombreux qu’avant la pandémie (+ 5 points). La distanciation sociale, les recommandations de limiter les échanges à un cercle restreint de proches, la fermeture ou les restrictions de fréquentation des campus et parfois des lycées (demi-jauges, etc.), le chômage partiel ou encore le télétravail ont sans nul doute limité les rencontres et la possibilité pour les jeunes de se construire leur réseau de sociabilité.

  • Le Baromètre DJEPVA sur la jeunesse est réalisé chaque année, depuis 2016, par l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP) et le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (CRÉDOC).
Previous ArticleNext Article
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend