ORIENTATION / CONCOURS

Digischool veut devenir la « plateforme de l’orientation »

Son audience progresse – + 50% en novembre-décembre 2017 – et dépasse chaque mois les 10 millions de sessions – « Orientation, aide aux devoirs, scolarité, l’intérêt pour tous ces sujets va croissant », commente le président de Digischool, Anthony Kuntz – et pourtant Digischool veut changer de modèle…

Structurer la demande. Digischool entend peu à peu se transformer en plateforme de l’orientation ouverte à tous les acteurs. « Nous souhaitons structurer la demande avec les acteurs historiques comme « l’Etudiant » », assure Anthony Kuntz qui entend ainsi transformer le « capital de confiance » dont bénéficie son site pour « mieux connaître les attentes des jeunes ».

La meilleure réponse à ces problématiques peut tout simplement se trouver sur un salon d’orientation, sur le site de l’Onisep ou d’une fédération professionnelle. « Il y a beaucoup d’acteurs, pourquoi ne pas les mailler avec les régions et les départements en structurant la demande. Notre métier c’est de capter la demande. Comme Airbnb nous pourrions ainsi proposer tout le contenu nécessaire sur un guichet unique », se projette Anthony Kuntz.

Faire émerger des « demandes imperceptibles ». Les algorithmes, l’intelligence artificielle (IA), les Big Data, autant d’outils à disposition de sites comme Digischool pour mieux analyser les besoins des centaines de milliers de jeunes qui viennent chaque jour s’y renseigner. « Chaque individu voit le monde en fonction d’abord de son cercle familial, puis de son environnement proche et d’un ou deux profs. A nous de les aider à élargir la focale pour leur faire prendre conscience de tous les parcours de vie possibles. »

Un exemple : sur Google Digischool sort en tête des recherches quand on tape « rémunération alternance ». Reste ensuite à valoriser les profils intéressés auprès des organismes intéressés sachant que la question peut également être posée sous la forme « je cherche un boss » qu’un algorithme permet de rattacher à la première demande. « Il faut pouvoir faire émerger des « demandes imperceptibles » qui peuvent aider les jeunes à mieux exprimer leurs demandes. Le digital permet de très bien capter la demande au moment opportun et plus facilement qu’avec ses parents ou son professeur principal. » Cette information recueillie Digischool peut ensuite la transmettre aux acteurs du secteur. Tests d’orientation, coaching, formations, à eux de leur proposer les outils utiles…

Previous ArticleNext Article
Olivier Rollot
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel). Il anime également le blog HEADway et du blog du Monde « Il y a une vie après le bac ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend