ECOLES DE MANAGEMENT

« INSEEC U. est un formidable écosystème pour créer des passerelles »

L’INSEEC c’est une business school mais aussi un large groupe dans lequel les synergies entre les écoles sont nombreuses. Toujours dans l’objectif de faciliter l’insertion professionnelle des diplômés nous explique son directeur, Rémy Challe.

Olivier Rollot : L’INSEEC fait partie d’un large groupe qui compte également une école d’ingénieurs, l’ECE. Cela vous permet-il de réaliser des programmes communs, de provoquer cette « hybridation des savoirs » dont on parle tant aujourd’hui ?

Rémy Challe : INSEEC U. (U. pour United, Unique, Universal) est en effet un formidable écosystème pour créer des passerelles entre les écoles et les disciplines. Nous avons ainsi créé un parcours dédié à l’entrepreneuriat digital, la « Start-up Factory », en partenariat avec l’ECE. En ce moment même, une trentaine d’étudiants de l’INSEEC Business School et de l’école d’ingénieurs ECE suivent un programme commun pour concrétiser leur projet de création de start-up, en profitant des campus internationaux du groupe. Cela a commencé par une semaine de Hackathon à Genève, sur le campus de CREA GENEVE – une école du groupe spécialisée dans la création, le digital et la communication -, au cours de laquelle les managers et ingénieurs ont pu apprendre à se connaître. Ils sont ensuite partis pour dix semaines à San Francisco, sur le campus américain d’INSEEC U., pour suivre un programme qui panache des enseignements et ateliers techniques (Lean Startup, Design Thinking, Digital Marketing, Growth Hacking…), des rencontres avec des entrepreneurs de la Silicon Valley, des conférences, des visites, des événements de networking…

A leur retour les élèves-entrepreneurs pourront intégrer l’un de nos incubateurs, à Paris, Bordeaux ou Lyon, ou suivre le fellow program de notre partenaire Citris Foundry, l’incubateur de UC Berkeley. A noter que ce programme n’entraîne aucun frais de scolarité supplémentaires, et que les étudiants peuvent même bénéficier d’une bourse d’études spécifique.

Ingénieurs et managers ne doivent pas être en concurrence mais en coopération. Ce que je dis à nos étudiants c’est : « Apprenez à travailler avec eux, apportez-leur vos compétences ! Profitez des leurs ! » Par cet échange nos étudiants peuvent acquérir un peu de « l’esprit ingénieur ». Nous travaillons d’ailleurs également avec une autre école d’ingénieurs, l’Ecole de Biologie Industrielle (EBI) de Cergy-Pontoise, qui apporte à nos étudiants son savoir-faire en matière d’analyse sensorielle, tandis que les élèves de l’EBI suivent à l’INSEEC des cours de Marketing Digital.

O. R : L’INSEEC est elle-même multi-campus. Comment vous organisez-vous entre vos campus de Paris, Bordeaux, Lyon et Chambéry ?

R. C : Pour ce qui concerne le programme grande école nous ne le délivrons plus qu’à Paris, Bordeaux et Lyon. Notre campus de Chambéry s’est concentré sur des programmes spécialisés (Bachelor, MBA, formation continue) qui fonctionnent très bien, ainsi que sur le développement du CESNI dans le domaine du sport. INSEEC U. possède également des campus à Londres et San Francisco qui sont des « hubs » dans lesquels peuvent se rendre des étudiants de toutes les écoles du Groupe. Ils peuvent y suivre aussi bien des « Business Sessions » que des programmes allant d’un semestre à une année complète de cours, sans limite de places ni surcoût.

Nous avons fait le choix d’être toujours au cœur des villes comme à Bordeaux, où nous nous situons idéalement sur les quais de la Garonne à 200 mètres de la Cité du Vin, ou à Lyon où toutes les écoles du groupe ont emménagé au sein de l’immeuble historique Citroën, rue de l’Université.

Les candidats admis choisissent librement leur campus, quelle que soit la ville où ils ont passé leurs épreuves, et la mobilité inter-campus est toujours possible en cours de cursus.

O. R : Plus largement comment organisez-vous les cursus de vos étudiants ?

R. C : Nos étudiants bénéficient d’une infinité de choix et d’opportunités : des opportunités géographiques (choix du campus en France, mobilité à l’international en semestre académique ou double-diplôme), des opportunités académiques (spécialisation dès le M1, choix d’une majeure ou d’un double-diplôme MSc / MBA proposé par le Groupe), des opportunités professionnelles (année de césure, contrat d’apprentissage ou de professionnalisation selon les campus), et bien sûr des opportunités associatives. Il n’y a pas deux parcours semblables mais pas non plus de patchworks « à la carte ». Nous veillons à ce qu’il y ait toujours un fil conducteur et que le parcours soit pédagogiquement solide et cohérent. Nous avons à la fois la volonté d’écouter les souhaits de chaque étudiant et l’obligation de les doter du capital d’expérience nécessaire pour trouver un emploi. J’ai coutume de dire à mes étudiants que « Mon job, c’est qu’ils aient un job ! »

O. R : Aujourd’hui il faut avoir des accréditations pour être reconnu. Où en est l’Inseec ?

R. C : Nous avons déjà obtenu l’accréditation AMBA pour notre programme grande école et nous travaillons à obtenir EPAS. Les accréditations sont devenues un passage obligé pour nos écoles, et il est vrai qu’elles ont la vertu de nous amener à réfléchir, dans un temps long, à notre projet pédagogique et à sa mise en œuvre. Elles nous permettent de formaliser et d’améliorer nos process et constituent un facteur de reconnaissance et de développement à l’international.

Cependant, être accrédité ne doit pas devenir une fin en soi. Les grandes écoles de Management françaises n’ont pas attendu l’arrivée des accréditeurs pour démontrer l’efficacité de leur modèle, en termes d’employabilité et d’insertion professionnelle de leurs diplômés ! Par ailleurs, les accréditations ne sont pas « student centric » mais jugent l’institution. C’est un biais réel qui fait qu’on travaille plus sur son organisation que sur la mesure de la réussite des élèves et des anciens.

O. R : Vous recrutez une grande partie de vos étudiants dans les classes prépas mais ne faites pas le « plein » des places à pourvoir depuis plusieurs années. Pourquoi ?

R. C : Nous avons progressé en 2017 en passant de 192 à 208 préparationnaires intégrés, tout en remontant en deux ans la barre d’admissibilité de 1,5 point. Dans un contexte concurrentiel particulièrement tendu, c’est déjà une réelle satisfaction. Cette barre trop basse (au concours 2015) avait envoyé un mauvais signal aux professeurs et aux élèves de CPGE. Remonter notre barre (ce que d’autres écoles n’ont pas fait) était donc une nécessité. Je crois au cercle vertueux d’une meilleure sélectivité, qui entraîne l’attractivité, et ainsi de suite. C’est aussi pourquoi nous proposons cette année 270 places aux concours BCE, ce qui représente à mon sens un objectif réaliste et réalisable.

Les préparationnaires qui intègrent l’école sont souvent surpris de la qualité de nos infrastructures, de nos programmes, de l’accompagnement dont ils bénéficient, de notre réseau de partenaires et d’anciens, et de l’ambiance qui règne sur nos campus ! C’est d’ailleurs assez frustrant de constater le décalage entre la réalité vécue par nos élèves et l’image parfois perçue par les candidats.

Mais l’une des problématiques majeures de ce concours – qui ne concerne pas que l’INSEEC -, c’est de voir des écoles du top 10 augmenter régulièrement le nombre de places offertes au concours. Les 15 places supplémentaires d’ESCP Europe ou les 20 places supplémentaires d’emlyon, vont fatalement assécher, par un effet domino, le vivier de toutes les autres écoles. Il y a un phénomène constant et de plus en plus marqué « d’aspiration par le haut » qui met en péril le recrutement des écoles de la deuxième partie du classement SIGEM. Comme le nombre de préparationnaires n’augmente pas, cela devient très préoccupant. Le Chapitre des écoles de management souhaite globalement davantage de solidarité entre les écoles de la Conférence des grandes écoles, mais si ces arguments sont donc entendus, le décalage demeure entre les bonnes intentions et la réalité.

Il faudrait également faire comprendre aux candidats qui ne sont pas reçus dans les « meilleures écoles » – au sens de ceux qui les classent -, que toutes les écoles des concours BCE et Ecricome sont d’excellentes écoles, membres de la Conférence des grandes écoles, présentant toutes les garanties d’épanouissement personnel et professionnel. Il est dommage de se désister pour aller ailleurs quand on a justement passé deux années à se préparer à entrer dans des écoles parfaitement adaptées à son cursus et à son projet.

O. R : Comment organisez-vous les oraux de votre concours ?

R. C : Chaque matin sur notre campus parisien je reçois personnellement les candidats pendant toute la période des oraux et leur explique ce qu’est l’école et à quoi s’attendre. A Bordeaux et Lyon, les directeurs délégués font de même. Et lors de la pause de midi, nous inversons les règles du jeu en nous mettant au milieu de ces mêmes candidats pour répondre à leurs questions. Pendant 45 minutes, ils peuvent tout nous demander, et c’est parfois très amusant ! Je précise que cette proximité n’est pas une « illusion de concours », car ma porte, comme celles de mes collègues et collaborateurs, demeure ouverte aux étudiants toute l’année. Nous avons vraiment la volonté de construire tous nos programmes autour d’eux : l’intérêt de l’étudiant doit être au cœur de toute prise de décision.

O. R : On parle beaucoup en ce moment du « continuum » nécessaire entre les classes prépas et les grandes écoles. Que faites-vous pour l’améliorer ?

R. C : Nos étudiants suivent en effet un cycle de 5 ans dont les deux premières années sont les CPGE. On ne fait pas deux années de prépa pour entrer ensuite dans une université ou à HEC Montréal !

Surtout que ce que l’on apprend en prépa va servir tout au long de sa vie et de sa carrière : la culture générale, l’esprit critique, les qualités rédactionnelles, la force de travail et la méthode, la résistance au stress… autant de ces fameuses soft skills qui dépassent largement l’horizon du concours. Contrairement à ce que l’on pense parfois, la prépa ne prépare pas qu’au concours : elle prépare à l’école et à la vie professionnelle future.

Nous participons donc aux réunions régulières organisées par l’APHEC pour favoriser le dialogue et créer ce lien indispensable entre grandes écoles et classes préparatoires. Nous menons également des actions auprès des CPGE tout au long de l’année (visites et conférences dans les lycées, invitation des élèves sur nos campus, diffusion d’outils méthodologiques, invitation des professeurs à nos jurys d’oraux, cordées de la réussite…) pour expliquer à quoi ressemble un cursus dans une grande école de management et aider les préparationnaires à se projeter dans l’après concours.

O. R : Vous êtes secrétaire du Sigem. Pensez-vous qu’il faille organiser les admissions sur titre sur le même modèle ?

R. C : Je n’en vois pas l’intérêt, c’est un jeu à somme négative. Si le Sigem fonctionne aussi bien aujourd’hui, c’est parce qu’il s’adresse à un public « captif » et parfaitement connu. C’est bien différent pour les admissions sur titre où nos écoles sont en concurrence avec d’autres acteurs. Il suffit de se rendre sur un salon de l’éducation pour voir que les écoles membres de la CGE sont loin d’être majoritaires… Je crains que créer un « Sigem des AST » ne nous mette en position de faiblesse vis-à-vis de ces autres concurrents, qui n’appartiennent pas à notre communauté, et qui s’adressent directement aux candidats avec des pratiques parfois douteuses. Cela consisterait à créer des règles contraignantes, qui ne s’imposeraient pas à tous, à commencer par les plus « agressifs », commercialement parlant…

Entre les écoles membres de la Conférence des grandes écoles, des règles de bonne conduite doivent suffire. J’ai d’ailleurs participé, en tant qu’animateur du groupe de travail « Amont/concours » du Chapitre, à la rédaction d’une charte éthique, acceptée unanimement par les écoles.

En revanche, il est de notre responsabilité de mieux communiquer auprès des familles et des candidats qui sont de plus en plus tentés par l’entrée dans des écoles « mystérieuses », ne disposant ni du visa ni du grade de master, mais qui font la promesse d’un cursus « gratuit » en contrat de professionnalisation. Les étudiants ne sont pas des clients, et une formation n’est pas un produit de consommation courante ! Les étudiants nous confient leur projet, leurs espoirs, deux ou trois ans de leur vie et une partie de leur avenir… C’est un investissement qui mobilise parfois toute une famille, et cela nous impose de grandes responsabilités.

O. R : Vous avez des projets de programmes nouveaux ?

R. C : Nous allons lancer un véritable parcours autour du développement durable et de la RSE à compter de la rentrée 2018. C’est un projet ambitieux qui constituera un quatrième pôle à partir du M1, à côté de la finance, du marketing et du management. Nous avons déjà des professeurs et des enseignant-chercheurs, des partenaires institutionnels et académiques, des entreprises prêtes à nous confier leurs problématiques, des projets de double-diplôme et de certifications… Ce programme « Green Business School », qui nous permettra de développer également une nouvelle approche pédagogique, ne concernera sans doute qu’une trentaine d’étudiants, parce que je ne suis pas certain que le marché soit aujourd’hui pas prêt à en recevoir davantage. Mais nous donnerons aussi à tous nos étudiants la possibilité de suivre un parcours optionnel en développement durable qui sera comme une « troisième langue » pour ceux qui souhaitent en maîtriser les enjeux. Ce projet s’inscrira également dans un partenariat avec l’ECE.

O. R : Vous êtes un directeur un peu atypique, extrêmement présent sur les réseaux sociaux, parfois avec un ton décalé. C’est important aujourd’hui de communiquer autrement avec les jeunes ?

R. C : Pas seulement avec les jeunes ! Si je suis aussi présent sur les réseaux sociaux c’est d’abord et avant tout pour incarner l’école et créer un lien direct avec ceux qui reçoivent mes messages, qu’ils appartiennent ou non à la communauté INSEEC. Sur LinkedIn je parle ainsi à nos 50 000 anciens qui apprécient de recevoir des nouvelles de leur école, et qui me réponde quotidiennement par des remerciements, des offres de stages à diffuser, des propositions de partenariats ou de conférences… Cette forte présence de l’INSEEC sur le réseau contribue également au développement de la « marque école » auprès des recruteurs de nos élèves et diplômés. Et quand, une fois sur dix, je communique de manière décalée – par exemple quand j’ai changé ma photo de profil pour Halloween – le post devient viral et crée du « trafic » sur mon profil, valorisant ainsi les posts plus sérieux. Communiquer efficacement sur les réseaux suppose de définir une ligne éditoriale, de trouver « le bon ton », de faire preuve de justesse, de sincérité et de réactivité, d’alterner les types de messages et… de prendre parfois des risques !

J’encourage d’ailleurs tous nos étudiants à être actifs sur LinkedIn sans attendre leur recherche d’emploi, et il m’arrive d’animer personnellement des ateliers pour les aider à créer ou améliorer leur profil.

  •  D’où viennent les étudiants ? Plus d’un tiers des étudiants du programme grande école de l’Inseec viennent de prépa. Les admissions sur titre progressent pour une entrée directe en M1, avec la montée en puissance des cursus de type bachelor français ou étrangers en 3 ans. C’est de là que proviennent plus de la moitié des candidatures en admissions parallèles aujourd’hui.
Previous ArticleNext Article
Olivier Rollot
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel). Il anime également le blog HEADway et du blog du Monde « Il y a une vie après le bac ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend