ECOLES DE MANAGEMENT

ESCP présente sa nouvelle stratégie

« ESCP est la véritable école européenne avec ses six campus, bientôt peut-être sept avec un site à Dubaï, et des étudiants français qui sont devenus minoritaires. » A l’occasion de la présentation du nouveau plan stratégique 2022-2025 de l’ESCP Choice & Experiences, le président du conseil d’administration de ESC, Philippe Houzé, était fier de pouvoir annoncer que l’école a fini l’année 2021 sur un résultat de 5 millions d’euros pour un chiffre d’affaires de 140 millions quand, il y a cinq ans, elle « touchait encore des subventions de sa CCI sur un marché hyper compétitif où il faut notamment toujours se situer dans le top 10 des Masters in Management du Financial Times ». « Les piliers de la stratégie 2022-25 sont la soutenabilité, l’innovation, la communauté et l’expertise. Face à une obsolescence rapide du savoir en management qui impose une recherche connectée avec l’entreprise », explique quant à lui le directeur général de l’école, Frank Bournois quand Philippe Houzé insiste : « Dans l’avenir nous devons tous devenir des learners ». D’ici cinq ans le nombre d’étudiants passera de 8 300 à 10 000. 

Soutenabilité. « La soutenabilité est un sujet depuis 1992 et la création d’un premier cours avant toutes les autres écoles. Aujourd’hui c’est tout un département en soutenabilité qui a été créé autour de ces questions avec quinze professeurs. Mais il s’agit aussi d’influencer tous les autres départements académiques », insiste Valérie Moatti, la doyenne de l’école. « Nous sommes passés d’un stade d’innovations locales avec des spécialisations à une volonté de dispenser des cours à tous avec un socle commun », confirme Aurélien Acquier, le doyen associé à la transition durable, le lendemain de la présentation du Rapport Jouzel sur l’enseignement des évolutions climatiques. Un « ESCP Transition Network » réunit par ailleurs professeurs, alumni, en appui des projets de l’école.

Expertise. « Nous voulons être les leaders de la recherche impactante avec notamment le succès de la publication de nos livres blancs, en commençant par « Le management après le Covid » et depuis sur « Better business Creating Sustainable Value » », assure le professeur de finance Pramuan Bunkanwanicha.

Trois nouveaux MSc viennent s’ajouter cette année aux 25 existants faisant de ESCP « l’école qui en propose le plus », assure Leon Laulusa, le directeur général délégué de l’école, qui a également créé un « passeport numérique unique au monde pour valoriser les multi-compétences des étudiants auprès des employeurs ».

Innovation. La dimension numérique et distancielle des enseignements est au cœur des nouvelles pédagogies que développe ESCP. « Tout étudiant de ESCP va pouvoir bénéficier de l’ensemble de nos cours sur une plateforme globale, développe la directrice du campus berlinois de ESCP, Véronique Tran. Maintenant il n’est plus nécessaire de se déplacer d’un campus à l’autre. Cela casse même les barrières générationnelles en permettant à tous d’accéder à tous les cours. » ESCP crée ainsi le concept de “motilité”, qui consiste en une mobilité phygitale permettant à tous les étudiants de continuer à vivre les parcours intercampus propres à ESCP tout en ayant accès à la diversité des cours et électifs de l’ensemble des campus.

« Le concept 20/40 que nous développons c’est 20% au moins d’enseignement numérique et au moins 40% en présentiel. Tout dépend des programmes », complète Vanessa Strauss-Kahn, la directrice du bachelor de ESCP au sein duquel la partie présentielle est de 75%, qui se félicite de voir que « les étudiants peuvent ainsi travailler par eux-mêmes avant le cours avec un apprentissage inversé ».

Communauté. Le soutien aux étudiants et à l’égalité des chances est au cœur de l’action de la Fondation ESCP que préside Christian Mouillon : « Nous refinançons par exemple le programme de bourses de l’école avec même la gratuité pour les étudiants des échelons 4 à 7 ». Une fondation qui a « vocation à devenir un actionnaire plus significatif de l’école », insiste le président d’une fondation reconnue d’utilité publique (FRUP) qui prépare sa première campagne pluriannuelle (2021-2026) avec un objectif de collecte de 75 M€ en six ans.

Le nouveau campus parisien. L’actualité de l’école c’est aussi la rénovation de son campus historique de Paris d’ici 2027 pour lequel 140 cabinets d’architecte ont concouru. Retenu à l’issue du concours, l’Atelier 2, 3, 4 a notamment prévu la construction de 3 000 m2 de terrasse végétalisées et d’un « rooftop festif » ouvert sur tout Paris. « L’une des grandes questions est de passer d’un ilot de chaleur à un ilot de fraicheur », explique Marie Boutet, la directrice du cabinet, qui veut également « créer des espaces modulables ». Les cours intérieures des différents bâtiments vont être remises au même niveau pour permettre une plus grande fluidité dans les déplacements.

Financé par la CCI Paris-Ile de France avec l’aide de la fondation, un budget de 50 millions d’euros sera consacré à cette rénovation. Si les locaux de Londres ont été dévolus à l’école ceux de Paris restent en effet propriété de la CCI, par ailleurs actionnaire à quasiment 100% de l’EESC (établissement d’enseignement supérieur consulaire) qu’est l’ESCP. Au final l’école bénéficiera de plus de 20 000 m2 de surfaces utiles pour 18 000 aujourd’hui. « Grâce à l’ingéniosité de nos architectes nous aurons des espaces de co-working nouveaux », souligne Frank Bournois.

La transition passe par le déplacement de l’ensemble des équipes sur les campus de Montparnasse et Champerret de l’école à partir de septembre 2023. Quatre ans de déplacements donc pour « éviter que les personnels souffrent des travaux ».

  • Dès 2023 un nouveau campus de 6500 m2 sera inauguré au centre-ville de Turin. Pendant quatre ans le campus sera loué puis acheté. « Par sa seule activité il se finance », commente Frank Bournois. Quant à Dubaï ce n’est pas un véritable campus qui y serait développé mais un site dispensant un programme.
Previous ArticleNext Article
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend