Non classé

La Génération Y face à l’entreprise

Professeur à Grenoble EM où il a créé la chaire « Digital Natives » en 2012 Benoît Meyronin est également directeur R & D de l’Académie des services au sein de laquelle il conseille de nombreuses entreprises. Autant d’occasions de rencontrer des managers qui ne savent pas trop comment gérer leurs salariés « Y » comme des Y qui se demandent ce qu’attend d’eux l’entreprise. Une expertise qu’il a compilée avec d’autres experts dans La génération Y, le manager et l’entreprise (PUG).

Benoît Meyronin« Tout le monde prend comme postulat que les jeunes sont connectés sans jamais se demander s’ils sont vraiment digitaux. Nous avons voulu en savoir plus et nous avons constaté qu’ils n’avaient guère de reculs vis-à-vis de leurs pratiques. Ils sont 100% connectés mais ne sont pas pour autant multitâches », analyse Benoît Meyronin. Or les entreprises leur accordent une sorte de « présomption de compétence digitale » à laquelle ils ne sont finalement pas si bien préparés. « Les entreprises veulent leur donner un rôle dans la transformation digitale comme s’il s’agissait d’une transformation différente des autres. Mais ce qu’ils doivent d’abord maîtriser ce sont les fondamentaux du changement sinon comment pourraient-ils convaincre des entreprises centenaires et plus d’évoluer ? » Pour Benoît Meyronin, on se retrouve parfois avec des « jeunes pas préparés qui intègrent des entreprises qui attendent trop d’eux ».

Estl 105 Col LA GÉNÉRATION Y FACE À L’ENTREPRISE (2)Dans son esprit la transformation digitale est indissociable d’une évolution managériale majeure : « Merci aux jeunes générations de nous challenger avec plus d’exigences vis-à-vis de leurs managers. Surtout dans un pays où on croit qu’être le plus capable techniquement vous confère tout naturellement des compétences de manager ». Parce que des Y qui savent qu’ils doivent travailler leur employabilité, sont très engagés et ne comptent pas leurs heures, demandent également une reconnaissance rapide que l’entreprise a du mal à leur accorder. « C’est normal, ils accélèrent, pour eux ce n’est pas dans cinq ans que ça doit se passer, c’est dans cinq mois et ce rythme est celui qu’il faut adopter. » Et pour cela il faut co-construire avec eux, prendre du temps pour les écouter, manager en un seul mot !

Olivier Rollot (@O_Rollot)

Previous ArticleNext Article
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend