ECOLES DE MANAGEMENT

L’Edhec accélère le rythme de ses transitions

A mi-parcours de son plan stratégique 2025, l’Edhec entend aujourd’hui accélérer le déploiement de ses projets dans les domaines clés de la recherche en finance climatique, de l’innovation pédagogique et de l’entrepreneuriat responsable.

Favoriser la « finance verte ». Entièrement focalisé sur la science et le climat, le centre de recherche Edhec Risk Climate Institute prend le relais du Edhec Risk Institute. « Le marché financier ne price pas assez la climat et nous proposons justement de bien comprendre l’impact du climat sur la finance », commente le directeur général de l’Edhec, Emmanuel Métais. Soutenu par un plan d’investissement de 20 millions d’euros et le développement d’une équipe de 25 personnes à horizon 5 ans, l’EDHEC-Risk Climate Impact Institute se fixe pour ambition de « devenir une référence académique incontournable pour les décideurs privés et publics sur les questions à l’intersection de la finance et du changement climatique ».

Des cours dédiés au développement durable. Destiné aux 700 étudiants de première année du PGE, le nouveau module Limites planétaires et modèles économiques durables répond à un double objectif : donner aux étudiants des clés de compréhension factuelle sur les enjeux climatiques et énergétiques tout en identifiant des outils concrets pour analyser les modèles existants et « inventer des business models plus durables ».

A partir de la première année de Master, les étudiants suivent également des cours obligatoires tels que Corporate Social Responsibility (filière Business Management) ou From Climate Science to Climate Finance (filière Financial Economics) et ont la possibilité de se spécialiser avec le MSc Global and Sustainable Business et le MSc in Climate Change & Sustainable Finance en partenariat avec MINES ParisTech. Ils peuvent également choisir de nouveaux électifs parmi lesquels Behavorial Finance for sustainability ou encore Socially responsible investing. Au total, le Programme Grande Ecole compte 20 cours dédiés au développement durable.

L’Edhec a également créé cette année les Sustainable Impact Projects (SIP). Dotés du statut associatif et conçus en référence aux 17 Objectifs de Développement Durable de l’ONU, ils font partie intégrante du parcours académique de l’EDHEC International BBA. Lors de cette première édition, près de 1 000 étudiants – sur les campus de Lille et de Nice – ont imaginé 193 projets en lien avec la santé, l’éducation, la réduction des inégalités et l’environnement.

International : des projets dans les ONG. Le bilan international de l’Edhec est tracé par son directeur, Richard Perrin, pour lequel « il faut faire évoluer la dimension internationale des écoles de management françaises. La politique de partenariats atteint ses limites dans un monde qui a tendance à se rétrécir ». Pour réfléchir à cette évolution, l’Edhec a interrogé étudiants, professionnels, professeurs, etc. Elle va maintenant créer les « Global Impact Programs ». « Nous souhaiterions qu’une centaine de nos étudiants puissent rejoindre des grandes ONG internationales dans le cadre d’expériences projets », reprend le directeur. Réalisés en 2ème année de BBA et entre le M1 et le M2 dans le PGE, ces projets donneront lieu à la délivrance d’UV.

Digital et métaverse. Notamment de par son accord avec Imperial College en formation continue, l’Edhec a largement pris le virage digital. Quid des métaverses ? « Toutes les business schools impliquées dans notre alliance ont des initiative dans le métavers mais personne aujourd’hui ne sait ce que cela se sera », répond Benoit Arnaud, le directeur des programmes de l’Edhec, persuadé que « la classe virtuelle de demain sera en 3D. Le matériel n’est pas encore au point, les casques virtuels sont trop lourds, mais la technologie nous le permettra tôt ou tard ». Un Comex de l’Edhec aura bientôt lieu dans le métaverse pour expérimenter.

  • Dans la dynamique de son partenariat noué avec l’école d’ingénieurs EURECOM, l’Edhec crée l’incubateur EDHEC x EURECOM x IMT (Mines Telecom) à Sophia-Antipolis
Previous ArticleNext Article
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend