ECOLES DE MANAGEMENT

Les business schools peuvent-elles avoir un impact positif pour la planète? Un indicateur pour le mesurer

Les organisations internationales d’étudiants oikos, AIESEC et Net Impact ont uni leurs efforts à WWF Switzerland, OXFAM International et UN Global Compact Switzerland pour créer le Positive Impact Rating (PIR) qui a été présenté le 22 janvier lors du sommet de Davos. 51 écoles de 22 pays ont été auscultées. « Les étudiants exigent un changement de paradigme des écoles de commerce. Après que nous nous soyons massivement exprimés en 2019, le PIR nous permet maintenant d’agir avec les écoles pour accomplir ce changement profond », explique Clémentine Robert, présidente d’oikos International, une organisation internationale étudiante qui a pour but « d’inciter les managers et leaders de demain à prendre des initiatives durables et respectueuses de l’environnement ».

Du côté des business schools Loïck Roche, Directeur Général de Grenoble Ecole de Management, commente : « Le Positive Impact Rating for Business Schools est un formidable levier pour nous encourager à aller encore plus loin. Devenir un centre moteur d’éthique ; réussir à évoluer d’une business school à une school for business for society ; et mieux répondre encore à la demande des nouvelles générations d’étudiantes et d’étudiants ».

Première école de management française à signer le « Global Compact » (Pacte Mondial) en 2004, Audencia est depuis longtemps en pointe sur ces sujets comme l’explique son directeur général, Christophe Germain : « Les écoles de commerce ont un rôle clé à jouer pour préparer des dirigeants responsables qui inventeront et déploieront de nouveaux modèles économiques et des stratégies qui contribuent aux objectifs de développement durable des Nations Unies. La note d’impact positif encourage les écoles de commerce à faire de l’enseignement au management responsable une priorité ».

  • Si 5 niveaux de performance sont définis, les 30 business schools classées se répartissent tous entre les 3e et 4e niveaux : « écoles en progression » (« Progressing schools ») et « écoles en de transformation » (« Transforming schools »). Neuf sont classées comme “transforming schools” (EADA Business School Barcelona, Maastricht University School of Business and Economics, University of Vermont – Grossman School of Business etc.) et 21 comme “progressing schools” dont, pour la France, Audencia, EDHEC, ESCP, Grenoble EM et KEDGE.
Previous ArticleNext Article
Olivier Rollot
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend