ECOLES DE MANAGEMENT

L’essentiel de 2022 : comment enseigner les transitions dans les écoles de management?

En 2022 écoles de management et transitions environnementales ont commencé à rimer. Petit panorama des actions entreprises…

Audencia fait sa rentrée sur le thème de la complexité et des transitions

« Vous allez être les acteurs d’une grande transition écologique et sociale ! Vous intégrez une école qui entend faire bouger les lignes dans ces challenges avec notamment la création de l’école Gaia. » Le directeur général d’Audencia, Christophe Germain, accueillait ainsi comme chaque année les 540 nouveaux étudiants d’Audencia en eptembre au Palais des Congrès de Nantes. L’occasion également pour les étudiants de première année de master de faire la rentrée de l’école dédiée à l’environnement qu’a créé cette année Audencia : Gaia.

Ils étaient en effet 191 étudiants de master 1 du programme Grande école – un quart de la promotion – à avoir choisi de dédier leur prochain semestre aux enjeux du management de la transition écologique et sociale au sein de Gaïa, l’école de la transition écologique lancée en 2021 par Audencia. Ils suivent ainsi 240 heures de cours en anglais, réparties en 10 cours alignés avec les Objectifs de Développement Durable des Nations Unies et l’Accord de Paris sur le changement climatique.

HEC Paris s’implique dans sa transition écologique

HEC Paris a lancé en 2022 un tout nouveau certificat « Climate & Business Transition ». Porté par le Centre Climate & Earth avec le soutien S&O de la Chaire FII Institute ce cursus comprend 100 heures de cours, entend préparer les étudiants à « appréhender la complexité de l’action climatique et de la décarbonation d’un point de vue à la fois économique et sociétal afin de pouvoir accompagner les entreprises sur la voie des stratégies bas-carbone ».

S’adressant à tous les étudiants d’HEC Paris (Grande Ecole, Masters, MBA et EMBA), les cours sont dispensés par des intervenants issus du monde universitaire, d’entreprises, d’institutions financières, de gouvernements et d’ONG. Le programme inclut un module sur le Campus de la Transition, une mission pour le groupe LVMH et des travaux individuels et collectifs. À la fin du certificat, les étudiants seront notamment en mesure de comprendre les enjeux de la transition écologique aux niveaux macro et microéconomiques mais aussi d‘nalyser les émissions de gaz à effet de serre d’une entreprise et de concevoir des stratégies de décarbonation à court et long terme dans différents secteurs économiques.

« Transition durable » pour les étudiants de NEOMA

Plus de 1000 étudiants de 2ème année du PGE de NEOMA ont été mobilisés cette année autour des enjeux du développement durable et du changement climatique dans le cadre du séminaire « Transition durable ». Ce séminaire de 3 jours, construit dans une approche pluridisciplinaire, donne la parole à des experts internationaux des problématiques et enjeux directement liés à la transition durable. « Notre volonté est de donner aux étudiants les clés d’une compréhension fine de la complexité de ces sujets », souligne Diana Mangalagiu, professeure de NEOMA Business School et organisatrice du séminaire.

Le séminaire conjuguait conférences plénières, sessions interactives, tables rondes avec des scientifiques, des praticiens et des dirigeants d’entreprises. Le dernier jour était consacré à la mise en pratique des notions abordées. Les étudiants, organisés en différents groupes thématiques (finance, énergies renouvelables, énergies fossiles, nature etc.), ont été amenés à négocier et prendre des décisions en faveur d’un monde sous les 2 °C de réchauffement en 2100, grâce à l’outil de simulation EN-ROADS.

L’Essec mise sur le développement durable

C’est désormais l’une de ses marques de fabrique : l’Essec accentue ses efforts dans le développement durable. Tant au sein de ses programmes que de ses actions avec l’objectif de faire baisser d’un quart son empreinte carbone d’ici à 2025. « 100% de nos étudiants sont aujourd’hui formés aux enjeux du climat en suivant un module de 20 heures obligatoire. Ceux que nous voulons former ce sont des sustenability transformers », établit son directeur général, Vincenzo Esposito Vinzi.

Aujourd’hui, les déplacements des étudiants pour leurs stages ou échanges internationaux représentent 64% de l’empreinte carbone globale de l’école. L’école entend diminuer ces émissions de CO2 de 25% d’ici 2025 avec trois leviers d’action : l’adaptation de son offre de mobilité internationale, une politique d’incitation aux déplacements bas‐carbone et la sensibilisation des étudiants aux pratiques de mobilité responsable. « L’Essec subventionnera jusqu’à 100€ par an leurs trajets en train, en bus ou en covoiturage en Europe lorsqu’ils se rendent sur leur lieu d’échange ou de stage », explique Anne-Claire Pache, associate dean à la stratégie et à l’engagement sociétal.

Un Sustainable Campus Challenge  à l’Edhec

Dans le cadre de ses initiatives en faveur de campus plus durables l’Edhec a organisé son premier Sustainable Campus Challenge en septembre dernier. La rentrée a en effet permis de réunir sur le campus de Lille plus de 700 étudiants en master 2 afin de les sensibiliser aux enjeux écologiques et co-créer des solutions vertueuses pour l’environnement. En partenariat avec la société Behaven, qui s’appuie sur des outils issus des sciences comportementales et du design, il s’agissait d’« exploiter le pouvoir des sciences comportementales afin de rendre les individus acteurs de la durabilité et les amener à adopter des comportements durables ».
Lors de ce Sustainable Campus Challenge, les étudiants ont été invités à travailler en groupe pour imaginer un plan d’action visant à encourager des comportements écologiques durables. Avec l’aide d’une trentaine d’animateurs formés à ces outils et l’expertise de nombreux membres du staff impliqués dans l’événement, les étudiants, répartis par équipe de 6, ont réalisé des vidéos pour présenter des actions concrètes.

MBS lance le parcours« Act For Change »

« Face à l’urgence climatique et sociale », MBS  lance « Act For Change », un parcours d’excellence hors curriculum, sur mesure, certifiant et sélectif, permettant aux étudiants volontaires de « développer leur leadership, de faire entendre leurs voix et d’essaimer les meilleures pratiques pour le monde de demain ». « Avec Act For Change, l’école souhaite en effet offrir aux étudiants les plus engagés l’opportunité de rejoindre une communauté de pionniers qui bénéficieront d’un contenu pédagogique additionnel avec 90 heures de formation et un mentorat sur mesure pour encourager la concrétisation de leurs initiatives », explique Cédrine Joly, la directrice du Programme Grande École.

En 90 heures le programme se décompose autour de trois temps pédagogiques.  Le premier, « IMAGINE », vise à donner aux étudiants la « capacité d’ouvrir leur univers des possibles et de développer l’engagement qui leur ressemble ». Dans un second temps, « CONNECT » permettra aux participants de se relier aux autres et d’apprendre à susciter l’adhésion autour d’une action concrète. Enfin, « INSPIRE » livrera des clés de leadership pour aider les étudiants à communiquer et valoriser les projets qu’ils auront mis en place. La formation sera animée par un comité d’excellence composé d’enseignants-chercheurs français et internationaux, de représentants d’entreprises partenaires de l’école mais aussi de la société civile.

Les « Climate Days » d’HEC

Le Centre Climate & Earth del’Institut Society & Organizations (S&O) de HEC organisait cette année la première édition des « Climate Days », un ensemble de conférences et de workshops dédiés à l’ensemble de l’écosystème HEC Paris, qui auront lieu les 30 et 31 mai sur le campus de l’école. De nombreux intervenants, notamment l’ancien ministre du Développement et eurodéputé Pascal Canfin, mais également des professeurs d’HEC Paris et d’autres institutions académiques et de l’alliance Business Schools for Climate Leadership (BS4CL), ainsi que des experts issus du monde de l’entreprise et des ONG, ont contribué à cette discussion autour de la transition énergétique.

Impact global : l’IMT BS s’impose en France

Comme en 2021 l’Impact Rankings du Times Higher Education, fondé sur les objectifs de développement durable (ODD) fixés par l’Onu qui vont de la qualité de l’éducation à l’action pour le climat en passant par la réduction des inégalités, met en avant une université australiennes. La Western Sydney University est particulièrement bien notée pour la politique d’égalité entre les sexes (5ème) et de traitement des eaux (6ème). Elle précède la Arizona State University à Tempe et la Western University canadienne. En France l’IMT BS se place au premier rang.

  • Sulitest lève 1,5 million d’euros. Le mouvement Sulitest a été lancé en 2014 pour permettre aux établissements d’enseignement supérieur, aux entreprises et aux organisations de former des acteurs du changement via des « outils en ligne dédiés à la construction d’un monde durable ». L’association Sulitest opère aujourd’hui un vrai changement d’échelle avec la création de la Société par Actions Simplifiée (SAS) de l’Économie Sociale et Solidaire Sulitest Impact, et une levée de fonds d’1,5 million d’euros pour « développer le mouvement et libérer son potentiel ». Six établissements d’enseignement supérieur français publics et privés (CY University, Essec, EM Normandie, Excelia, Kedge Business School, Université de Paris Saclay) et plusieurs Business Angels viennent en effet de s’engager dans la première campagne d’investissement de Sulitest qui a ainsi levé 1,5 millions d’euros. « Dès le début de ce projet nous avons eu la chance d’être soutenus par une large communauté d’établissements d’enseignement supérieur. Kedge Business School et sa business nursery qui nous accompagnent depuis le démarrage, mais aussi d’autres partenaires académiques et entreprises qui ont permis à Sulitest d’offrir les outils actuels. Avec l’entrée au capital de ces 6 partenaires académiques, c’est une nouvelle histoire qui s’écrit » indique Jean-Christophe Carteron, le président de Sulitest Impact.

 

Previous ArticleNext Article
Avatar photo
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend