ECOLE D’INGÉNIEURS

L’Institut Mines Télécom (IMT) définit ses ambitions 2023-2027

 

« Nous avons défini sept grands enjeux pour un avenir durable. » Odile Gauthier, directrice générale de l’Institut Mines Télécom (IMT), a présenté fin décembre 2022 son plan stratégique 2023-2027 en compagnie de son directeur général adjoint, Francis Jutand. Un monde en « transformation profonde, un monde en grande incertitude, une évolution en profondeur des attentes des étudiants, la croissance des besoins de recherche, la transformation de l’économie et des entreprises, la transformation de l’enseignement supérieur et la recherche français et européen », tels sont les six enjeux qui engagent le septième qui est l’évolution de l’offre de formation. L’IMT entend en effet accroitre le nombre de ses élèves formés en diversifiant ses recrutements autour du « noyau des CPGE ».

Le développement européen est particulièrement important pour l’IMT, que ce soit par la recherche de financements ou la constitution de réseau. « Nous avons déposé un projet d’université européenne Eulist avec neuf autres universités de technologies européennes. Il n’a pas été sélectionné par l’Union européenne dans un premier temps mais. nous allons de redéposer en janvier 2023. C’est important car nous pensons que dans l’avenir il y aura un plus dans les appels à projet européen pour les universités européennes », explique Odile Gauthier. « C’est une sorte d’IMT à l’échelle européenne avec toute une dimension de responsabilité sociale et environnementale (RSE) pour rendre les campus plus ouverts », remarque Frédérique Vincent, la directrice de l’enseignement et de l’international.

L’IMT a déjà conclu des accords bilatéraux avec d’autres établissements pour proposer des des double diplômes européens. Surtout l’IMT a conclu un partenariat privilégié avec la TU Munich dans le cadre de l’Académie franco-allemande pour l’industrie du futur. Enfin deux écoles sont membres du réseau TIME.

Odile Gauthier et Francis Jutand présentent leur stratégie

+ photo 2 on the width range

 

Quelles perspectives ? Menée depuis 2019 par une directrice très impliquée dans les questions de transition écologique – elle avait dirigé auparavant le Conservatoire du littoral après avoir été directrice de l’eau et de la biodiversité au sein du ministère de l’Environnement – l’IMT inscrit aujourd’hui toute son action dans une perspective de la transition écologique et d’ouverture sur la société. « Nous souhaitons que nos campus soient des hubs d’échange avec la société civile, plus ouverts sur le monde extérieur, en y créant des activités », assure Odile Gauthier dont l’objectif est ainsi de « développer la notoriété d’un institut finalement tout récent – créé en 2012 – et qui n’a pas la notoriété de ses écoles membres ». Des écoles membres qui doivent plus efficacement travailler entre elles alors qu’elles se « font parfois encore aujourd’hui concurrence comme par exemple sur le prix de l’encadrement des thèses », stipendie la directrice.

De nouveaux recrutements d’étudiants. Pour le recrutement d’étudiants un gros travail va être effectué en créant des filières postbac, le nombre d’élèves issus de classes préparatoires étant contraint. Mais la création de bachelors n’est pas encore d’actualité pour autant. « Nous y réfléchissons mais nous n’avons pas encore de financements du ministère. Nous devons en évaluer la viabilité économique alors que nous ne tenons pas à lancer des bachelors internationaux à 20 000€ par an », confie la directrice générale.

L’apprentissage va également progresser – il représente déjà 30% des élèves – avec le lancement de filières complémentaires dans certaines écoles. « Dans les financements Compétences et métiers d’avenir (CMA) il y a un gros levier formation professionnelle et plusieurs écoles peuvent proposer ensemble des cycles de formation », explique Frédérique Vincent.

Le tout dépend évidemment de financements de plus en plus dépendants d’appels à projet forcément contingents. « Les moyens de l’Etat sont consolidés. Nous développons nos ressources propres – 38% salaires compris – avec le recrutement de CDI sur ressources propres », explique Francis Jutand. Obtenir un financement dans le cadre des Projets importants d’intérêt européen commun (PIIEC) permettent également de développer des ressources en collaboration avec des entreprises.

Dernier point plus politique : les rapports de l’IMT avec l’IP Paris. « Télécom Paris et Télécom SudParis en sont membres et nos stratégies sont complémentaires », certifie Odile Gauthier.

  • La stratégie complète de l’IMT est résumée ici. Chaque école membre de l’IMT travaille aujourd’hui dans le cadre de ce plan stratégique global et rendra son propre plan en mars 2023.
Previous ArticleNext Article
Avatar photo
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend