ECOLE D’INGÉNIEURS, UNIVERSITES

L’UTT à l’assaut de la cybercriminalité

Attentats à Paris revendiqués dans les réseaux, attaques contre le site Sony Pictures, questions sur la liberté des internautes, les questions liées à la cybercriminalité sont chaque jour un peu plus présentes. L’université de technologie de Troyes (UTT) est particulièrement en pointe sur le sujet avec aussi bien des spécialisations dans le cadre de son diplôme d’ingénieur (en «Sécurité des systèmes et des communications » et « Management du risque informationnel », deux spécialités pour laquelle optent aujourd’hui chaque année 60 de ses 450 élèves ingénieurs), un master « Sécurité des systèmes d’information » et enfin une licence professionnelle « Enquêteur technologies numériques ».

Cette dernière a la particularité d’être réservée aux forces de l’ordre et notamment aux gendarmes. « Nous n’allons pas prendre le risque de former aux méthodes d’investigation de possibles délinquants », remarque le responsable du programme, Reza Algelai, pendant que le général Marc Watin-Augouard, directeur du Centre de recherche de l’école des officiers de la Gendarmerie Nationale (CREOGN) et président du Centre expert contre la cybercriminalité français (CECyF), explique comment ce diplôme doit « permettre aux enquêteurs de maîtriser aussi bien les connaissances technologiques que juridiques nécessaires à leur mission ».
Au sein du programme Scientifique et technologique cyber-sécurité de l’UTT sont  réunis des chercheurs de plusieurs disciplines qui ne se parlent guère d’habitude. « Pour bien comprendre les méthodes des cybercriminels il faut par exemple des données sociologiques qui permettront aux informaticiens de créer les algorithmes nécessaires », commente le responsable du programme, Florent Retraint, plus que jamais sollicité alors que les attaques informatiques se multiplient dans les entreprises comme sur les sites des États.

Une préoccupation finalement assez nouvelle. « Quand les data centers ont été créés les questions de sécurité n’ont pas été au cœur de leur construction, elles ne sont venues qu’après alors qu’aujourd’hui, quand on pense à de nouveaux protocoles d’accès aux machines, c’est dès la conception que les questions de sécurité sont abordées », assure Florent Retraint, dont le laboratoire bénéficie aujourd’hui de deux millions d’euros de budget de recherche. « Nous devons armer notre société pour assurer une cyber sécurité qui ne peut être absolue dans un espace de liberté. Mais sans cyber sécurité, il n’y a pas de liberté », conclut le général Marc Watin-Augouard.

Olivier Rollot (@O_Rollot)

Previous ArticleNext Article
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend