POLITIQUE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

Quels effectifs dans l’enseignement supérieur en 2022 et 2023 ?

+0,9% en cette rentrée 2022 et +0,5% en 2023 : le Système d’information et études statistiques (SIES) publie une note sur les Prévisions des effectifs dans l’enseignement supérieur – Rentrées 2022 et 2023. Au total, 2,99 millions d’étudiants, y compris BTS en apprentissage, devraient être inscrits à la rentrée 2022 dans l’enseignement supérieur soit 25 500 supplémentaires. À la rentrée 2023, sous l’hypothèse d’un rebond des entrées en première année, le cap des trois millions d’étudiants pourrait être dépassé avec 14 100 étudiants de plus.

À l’université, le nombre d’inscriptions serait quasi-stable en 2022 (-3 900 étudiants) et en 2023 (-2 300 étudiants), avec néanmoins de grandes différences par cursus.

Selon les prévisions du SIES, le nombre de bacheliers poursuivant son cursus à l’université serait en forte baisse en 2022, pour la deuxième année consécutive après celle constatée en 2021. Cela se traduirait par un nouveau repli des effectifs en cursus licence : -1,4 % en 2022, soit -13 900 étudiants. On le constaterait sur l’ensemble des disciplines hors santé : – 4 200 étudiants en sciences économiques, -2 900 en droit, -2 800 en IUT, -1 400 en lettres et sciences humaines ainsi qu’en sciences, -1 700 en STAPS. En santé, les effectifs seraient stables (+400 y compris PASS).

À la rentrée 2023, malgré un rebond prévu des inscriptions de bacheliers à l’université, l’effectif en cursus licence serait toujours en baisse à -9 800 étudiants (-1%). La mise en place des BUT conduirait à un transfert des étudiants de licence professionnelle vers les IUT, qui accueilleraient 14 300 étudiants supplémentaires. Ce transfert accentuerait le fléchissement du nombre d’étudiants en sciences économiques (-11 300 étudiants) et en sciences (-10 400).

En cursus master, les effectifs seraient à la hausse aux rentrées 2022 (+1,6 %) et 2023 (+1,2 %). Sous l’effet encore actif du boom des naissances de l’an 2000, puis de la forte affluence des bacheliers de la session 2020, on compterait 9 500 étudiants de plus en 2022 et 7 000 supplémentaires en 2023. Par discipline, seul le droit verrait ses effectifs diminuer à la fois en 2022 et 2023 (-0,4 % puis -0,6 %
étudiants). En sciences, les évolutions seraient faibles, d’abord positives puis négatives (+0,5 % puis -0,4 % étudiants). En sciences économiques, en STAPS et chez les ingénieurs universitaires, les évolutions seraient également contenues, mais toujours positives et plus fortes en 2022 qu’en 2023. C’est en lettres et dans les filières de santé que les évolutions seraient les plus importantes, avec respectivement +1,1 % et +3,5 % en 2022, suivi de +1,6 % et
+2,8 % en 2023.

En doctorat, les mesures prises dans la loi de programmation sur la recherche (LPR) entraîneraient un léger rebond des effectifs après plusieurs années de lente diminution : +0,9 % en 2022 et +0,5 % en 2023. On observerait une hausse des effectifs en sciences et en sciences économiques, tandis qu’en droit et en lettres, la tendance serait toujours à la baisse.

Montée constante de l’apprentissage. Le nombre d’étudiants sous statut d’apprentis a fortement augmenté entre 2019 et 2021, notamment en STS en apprentissage et dans les écoles de commerce. Selon les prévisions du SIES ces tendances se poursuivraient aux rentrées 2022 et 2023.

Ainsi, à la rentrée 2022, les effectifs devraient connaître une nouvelle forte hausse dans les STS en apprentissage, de +15,8 % (+24 800 étudiants), ainsi que dans les écoles de commerce, gestion et vente et dans les établissements d’enseignement universitaire privés (+5,8 % dans les premières, et +8,1 % dans les seconds). Dans les autres formations, les effectifs diminueraient en STS scolaires et en CPGE, respectivement de -7,2 % et -2,6 %. Dans les écoles d’ingénieurs, une croissance faible serait observée (+1,3 %).

En 2023, les effectifs suivraient des évolutions de même sens qu’en 2022, mais plus faible. Les effectifs seraient en hausse en STS en apprentissage (+4,2 %), dans les écoles de commerce (+3,5 %) et dans les établissements d’enseignement universitaire privés (+5%). Ils baisseraient en STS scolaires (2,1 %) et en CPGE (-1,1 %). Dans les écoles d’ingénieurs, la baisse du vivier de candidats potentiels à l’entrée en 1ère année entraînerait une stagnation du nombre d’étudiants accueillis en 2023.

Les classes préparatoires perdent des étudiants. Si en 2021 c’est uniquement dans les classes préparatoires économiques et commerciales générales (ECG) que la baisse a été constatée, ce sont dorénavant également les classes préparatoires scientifiques qui sont concernées : -2,5% cette dernière rentrée et encore -1,9% cette à la rentrée 2023. Dans le même temps les effectifs en ECG restent globalement stables en 2022 après le trou d’air de 2021 et remonteront même un peu en 2023. Enfin les effectifs dans les classes préparatoires littéraires sont stables.

 

Previous ArticleNext Article
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend