ECOLE D’INGÉNIEURS

Quels emplois dans les biotechnologies? : Sup’Biotech publie une étude

Sup’Biotech et l’Institut IPSOS ont dévoilé cette semaine les résultats du deuxième Observatoire des métiers d’ingénieurs dans les Biotechnologies. Premier enseignement de cette enquête : comme lors du premier observatoire de 2018, les capacités d’adaptation et la faculté à s’intégrer à une équipe des jeunes diplômés sont toujours plébiscitées par les dirigeants d’entreprises du secteur des Biotechnologies. Ces problématiques étaient et sont encore d’actualité puisque l’esprit d’initiative et des capacités d’adaptation (77%) ainsi qu’une bonne capacité à s’intégrer à une équipe (67%) font partie des principales qualités recherchées.

La capacité à apprendre a également une part importante (60%), alors qu’elle était moindre en 2018, dépassée à l’époque par un bon niveau académique général. Ce qui n’est plus tout à fait vrai aujourd’hui, le niveau académique étant passé de 53% à 40%. De même que l’esprit d’ouverture à l’international et la connaissance du monde de l’entreprise ne sont cités que par une courte majorité des répondants (respectivement à 22%). Il s’agit d’un prérequis mais qui ne suffit pas à faire la différence, les chefs d’entreprises se montrant plus indulgents en la matière dans la mesure où il s’agit de jeunes sortant de formation.

Par ailleurs, la majorité des dirigeants sont confiants sur l’avenir de leur secteur et considèrent qu’il va bien (75%), voire très bien (14%). Cette part a légèrement augmenté par rapport à 2018, puisque 84% pensaient que le secteur allait bien ou très bien à cette époque. 70% s’attendent par ailleurs à ce que leur entreprise soit en croissance dans l’année à venir, versus 61% en 2018. Logiquement, 8 chefs d’entreprise sur 10 (84%) sont optimistes quant à la capacité d’embauche de leur entreprise pour les douze mois à venir. Ce chiffre a largement progressé puisqu’en 2018, seulement 67% étaient optimistes. Dans ce contexte 88% considèrent que les besoins en ingénieurs seront prochainement importants, 86% partagent cette opinion concernant les techniciens. La part en besoin d’assistants ingénieurs a largementaugmenté : passant de 66% en 2018 à 85% aujourd’hui.

C’est surtout la santé qui recrutera (62%). Viennent ensuite l’environnement (54%) et l’agroalimentaire (31%), tandis que la cosmétique arrive en dernier (8%).

 

Previous ArticleNext Article
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend