ECOLES DE MANAGEMENT

Skema a trouvé son business model

Non elle ne court pas après les développements dans une sorte de « fuite en avant » assure Alice Guilhon, la directrice générale de Skema, lors sa conférence de presse de rentrée : « Nous nous sommes affranchis des problèmes que rencontrent aujourd’hui les école en créant notre « propre océan » ». Mais Skema restera-t-elle toujours française ?

Un business model établi

Elle l’avait budgété pour 2020. C’est dès cette année que Skema a atteint son objectif d’un chiffre d’affaires de 80 M€ (dont 7,5 M€ en formation continue). Le tout en étant rentable sur cinq de ses six campus : seul celui de Belo Horizonte au Brésil demande encore des investissements qui sont de l’ordre de 1,5 à 2 M€ par an pendant cinq ans.

A la rentrée 2017, SKEMA a accueilli en tout 3000 nouveaux étudiants sur l’ensemble de ses programmes graduate et postgraduate. Hors Programme Grande Ecole, SKEMA enregistre une progression annuelle moyenne de son recrutement de 12% depuis 2014, grâce notamment à une forte progression à l’international (recrutements multipliés par 2,5 en 3 ans), la proportion totale d’étudiants internationaux s’élevant à 40% des effectifs.

Bientôt deux nouveaux campus ?

Au Brésil, Skema sera bientôt la première business school étrangère à dispenser un diplôme brésilien. Avec d’autres programmes adaptés au marché local : « Nous ne sommes pas Coca Cola qui propose le même produit partout mais nous nous adaptons à chaque réalité locale ». Prochains objectifs dans les cinq ans : l’Afrique – « Nous n’avons pas encore fixé de pays car tout bouge très vite mais nous allons tout de suite développer des doubles diplômes au Benin » – mais aussi la Russie.

Cap sur la recherche

Les 300 à 500 000 € de salaire annuel du professeur « star » Florencio Lopez de Silanes avaient quelque peu émus la planète écoles de management quand il avait quitté l’Edhec pour Skema en février 2017. Alice Guilhon n’entend pas en rester là et prévoit de recruter quatre autres professeurs « stars ». Nommé doyen de la recherche, Florencio Lopez de Silanes va en effet « tirer vers le haut la valeur académique de Skema en recrutant des stars de la recherche (pas plus de quatre car il faut gérer des personnalités ambitieusesé. 17 nouveaux professeurs ont déjà été embauchés en 2017 portant le total à 250 professeurs. « Mais le sont-ils au sens de la CEFDG quand 25 sont sous contrat de droit brésilien et 50 de droit chinois », s’interroge la directrice ?

Pas toujours française ?

De plus en plus internationale, Skema sera-t-elle toujours française ? « On veut encore réformer la taxe d’apprentissage, on nous casse l’année de césure, on a parfois le sentiment en France d’être remis en cause à chaque fois que nous faisons un pas en avant », regrette Alice Guilhon qui n’exclut pas « d’installer un jour son siège social à Singapour ou ailleurs » : « Nous voulons bénéficier d’un cadre juridique stable qui nous permette de travailler sereinement ». Et de demander : « Si demain on nous enlève l’accès au barème de la taxe d’apprentissage défiscalisons les frais de scolarité ».

  • Skema accueille cette année plus de 8000 étudiants en formation initiale et continue pour un chiffre d’affaires de 80 M€. Son fonds de roulement atteint les 15 M€.
  • Un tout nouveau dispositif mis en place dès cette rentrée, le « SKEMA 6×6 », permet aux étudiants de passer leurs 6 semestres sur 6 campus différents.
  • Un dispositif d’accompagnement inédit au plan international pour booster la capacité entrepreneuriale des étudiants est né : SKEMA Ventures.
Previous ArticleNext Article
Olivier Rollot
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel). Il anime également le blog HEADway et du blog du Monde « Il y a une vie après le bac ».

2 Comments

  1. Bonjour,

    Merci pour cette belle mise au point.
    Toutefois, je me demandais ce que vous comprenez par la différenciation « graduate » et « postgraduate », en ayant en vue que normalement les deux désignent la sortie du deuxième cycle universitaire.
    Merci d’avance
    Cdlt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend