INTERNATIONAL, UNIVERSITES

« Dans beaucoup de cas la meilleure solution sera de repousser les arrivées des étudiants internationaux au deuxième semestre »

Les échanges d’étudiants internationaux devraient connaître un brusque reflux cette année. La vice-présidente de PSL en charge des relations internationales, Minh-Hà Pham, nous explique les scénarios envisageables et comment, plus largement, PSL gère ses échanges. (Photo : Marie Sorribas)

Olivier Rollot : Quelle est la stratégie de PSL en matière d’accords internationaux ?

Minh-Hà Pham : En tant que vice-présidente relations internationales j’anime des actions communes avec les responsables de chaque école. Ensemble nous montons des actions partagées à côté des actions propres à chaque école. La stratégie de PSL est de passer des accords avec des grands établissements internationaux pour donner toujours plus de visibilité à PSL et à tout ou partie de ses établissements.

Aujourd’hui nous recevons environ 20% d’étudiants internationaux dans l’ensemble de nos établissements et nous souhaiterions monter jusqu’à 40 voire 50%. Un chiffre que nous n’atteignons qu’en doctorat quand ils sont 11% en licence et 20% en master.

Dans le cadre du programme Bienvenue en France nous avons d’ailleurs été retenus pour cinq de nos programmes. Dont notre « Buddy program » qui permet à des étudiants de la même nationalité – ou à des étudiants français – d’aider un étudiant international qui va rejoindre l’une de nos écoles à bien s’y préparer.

O. R : Les classements internationaux jouent un rôle important de cette stratégie ?

M-H P : Avec toutes les réserves que nous pouvons avoir sur les classements ils permettent effectivement de positionner PSL au niveau international. Aujourd’hui PSL est reconnue comme une jeune université qui regroupe des établissements depuis longtemps prestigieux. Nous effectuons un travail de mise en visibilité en étant portés notamment par les classements internationaux. Le Times Higher Education nous a très bien identifiés en tant que nouvelle université dans son classement général (nous sommes 50ème) et encore bien mieux dans son classement des Millenial où nous occupons la première place pour la deuxième année consécutive.

Enfin nous avons participé pour la première fois cette année au classement Innovation et Impact créé en 2019 par THE sur les objectifs de développement durable de l’Onu. Nous nous y classons à la 53ème place et deuxième en France. Nous pourrons nous améliorer en identifiant encore mieux tout ce qui est fait dans nos différents établissements. Parmi les actions emblématiques que nous menons en ce domaine, on peut citer la création par exemple cette année d’une licence Sciences pour un Monde durable. C’est aussi pour jouer ce rôle sociétal que nous faisons partie des établissements fondateurs de l’alliance internationale d’universités U7.

O. R : La pandémie du Covid-19 a été particulièrement difficile à gérer pour les étudiants internationaux. Comment avez-vous géré cette crise ?

M-H P : Quand le confinement a été décidé nous étions assez largement dans des phases de stage ou de fins de semestre. La première chose à faire a été de demander à nos étudiants internationaux de prendre une décision : rester ou rentrer chez eux. Nous avons résolu chaque question au cas par cas.

Notamment parce qu’on ignorait comment la situation allait évoluer, les étudiants internationaux ont décidé pour la plupart de rentrer chez eux. D’autres ont préféré rester de peur de ne pas obtenir de visa pour revenir.

Nous avons également identifié les étudiants de nos établissements partis en stages à l’étranger, afin de veiller à leur retour, certains choisissant toutefois de rester sur place. Pour assurer un suivi particulier à tous ces étudiants le Welcome Desk PSL a été particulièrement utile.

O. R : Dans ces conditions pour le moins incertaines le nombre d’étudiants internationaux devrait chuter à la rentrée 2020. Dans quelles proportions selon-vous ?

M-H P : Nous préparons la rentrée, que ce soit pour recevoir des étudiants ou en faire partir à l’étranger, mais nous sommes dans l’expectative quant à la réouverture ou pas des frontières. Dans ce contexte nos établissements-composantes appliquent plusieurs stratégies. Certains préfèrent procéder exactement comme d’habitude et s’adapteront en fonction des possibilités de se déplacer. D’autres établissements favorisent plutôt les mobilités européennes avec des étudiants qui pourront sans doute se déplacer plus facilement. Certains annulent les mobilités dans le cadre de leurs accords internationaux de crainte de ne pas pouvoir respecter leurs engagements d’accueil.

Dans beaucoup de cas la meilleure solution sera de repousser les arrivées des étudiants internationaux au deuxième semestre. Les étudiants pourraient ainsi d’abord suivre une partie de leurs cours en ligne. Des discussions sont en cours pour développer une telle offre et l’ouvrir aux étudiants internationaux.

Au final nous pourrions gérer essentiellement des échanges intra-européens en 2020-21 avec une baisse du nombre d’étudiants internationaux. Mais cela ne va pas durer très longtemps.

O. R : Comment allez-vous gérer vos partenariats internationaux dans ce contexte ?

M-H P : Ce sont des partenaires avec lesquels nous travaillons régulièrement et avec lesquels nos accords vont persister. D’autant que, si on excepte Dauphine – PSL, nous ne gérons pas de grands flux d’étudiants. J’ajoute qu’avec nos partenaires européens nous travaillons à la création d’une université européenne.

Je sens aussi que le distanciel va prendre de plus en plus de place. Notamment dans les phases préparatoires comme avec l’enseignement du français langue étrangère.

De plus certains de nos partenaires internationaux, essentiellement anglo-saxons, pourraient ne pas forcément être favorables à laisser partir leurs étudiants pendant un an, voire six mois, et ainsi ne pas toucher de frais de scolarité. Peut-être vont-ils alors préférer développer des mobilités plus courtes, pendant l’été, dès le bachelor.

O. R : Quel impact aura pour PSL cette baisse du nombre d’étudiants internationaux ?

M-H P : Le système universitaire à la française va bien moins souffrir que le système universitaire anglo-saxon pour lequel les « tuition fees » représentent une très large partie des financements. De plus, dans l’attente d’une décision du Conseil d’Etat, nous n’avions pas pris la décision d’appliquer des droits de scolarité différenciés pour les étudiants internationaux extra-communautaires. Dès lors, nous préparons à faire face à une probable diminution des mobilités internationales à la prochaine rentrée, mais nous espérons qu’il ne s’agira que d’une période transitoire.

Previous ArticleNext Article
Olivier Rollot
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend