2017 sera « l’année du bachelor »

On n’a parlé que de lui en 2016 et ce sera encore plus le cas en 2017. Lui le bachelor, ce diplôme « miracle » pour les grandes écoles de management en mal de relais de croissance dont s’emparent petit à petit les écoles d’ingénieurs et que voudraient bien voir réguler à leur profit les universités et leurs instituts universitaire de technologie (IUT). Sans parler d’une multitude de bachelors créés dans les écoles de communication ou de création. Diplôme à forte dimension internationale et à finalité professionnelle dès le bac tout en restant relativement généraliste, étape possible à bac+3 (ou bac+4) tout en permettant une poursuite d’études, le bachelor a su synthétiser les attentes des jeunes et de leurs familles.

Pourquoi faire un bachelor ?

C’est d’abord sa dimension internationale que viennent chercher les étudiants en bachelor. Rebaptisé « International BBA » cette année le BBA de KEDGE BS a ainsi tout de suite reçu 50 étudiants séduits par la possibilité de le suivre entièrement en anglais.… Lire la suite

« L’ADN de l’EBS est profondément international et j’ai voulu encore renforcer cette dimension » : Delphine Manceau

Pionnière des écoles de commerce internationales, l’European Business School (EBS) Paris fêtera ses 50 ans en 2017. Sa directrice générale, Delphine Manceau, nous détaille son nouveau plan stratégique.

Olivier Rollot : C’est sans doute la grande nouveauté du programme Grande Ecole de l’EBS. Vos étudiants vont pouvoir passer leur deuxième année sur l’un des campus du groupe Inseec, à laquelle l’EBS est adossée depuis cet été.

Delphine Manceau : L’ADN de l’EBS est profondément international et j’ai voulu encore renforcer cette dimension. Notre nouvelle gouvernance le permet avec ses campus internationaux. Nos étudiants pourront donc suivre leur cursus à Londres, Genève (dont l’orientation digitale est très forte) et San Francisco pour se positionner sur l’entrepreneuriat, le digital et l’innovation. Mais ils continueront également à profiter de tous les accords d’échanges que nous avons avec des universités partout dans le monde : les séjours d’études sur les campus s’ajoutent aux accords d’échanges, ils ne les remplacent pas.… Lire la suite

Qui sont les étudiants en CPGE ?

Selon une note flash du MENESR la rentrée 2016, les effectifs en classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) progressent légèrement (0,6%) pour atteindre 86 500 étudiants. Ils augmentent de 0,9% dans la filière scientifique, qui concentre près des deux tiers des effectifs, et dans la filière économique (+0,8% pour 23% des effectifs) mais se replient dans la filière littéraire (-0,8% pour 14,6% du total). En dix ans, les effectifs en CPGE ont progressé de plus de 10 000 étudiants.

1ère et 2ème année. Toutes filières confondues, les effectifs de deuxième année sont inférieurs de 1,3% à ceux des effectifs de première année. Les effectifs de deuxième année sont néanmoins supérieurs aux effectifs de première année des nouveaux entrants de la rentrée précédente (42 500), ce qui s’explique par un nombre relativement important de redoublements (7 150).

 

Les femmes. La parité n’est pas acquise dans les CPGE, où les femmes ne constituent que 43% des inscrits.… Lire la suite

« La rhétorique selon laquelle l’ascenseur social passe par l’envoi de tous les jeunes dans l’enseignement supérieur ne fonctionne pas » : Philippe Jamet

A quelques mois de l’élection présidentielle, Philippe Jamet (directeur général de l’Institut Mines-Télécom (IMT) et ancien président de la Conférence des grandes écoles) a tenu à s’exprimer à titre personnel sur l’avenir de notre système éducatif. Dans un essai intitulé Éducation française, l’heure de vérité, il fait le constat d’une France qui recule régulièrement dans les enquêtes PISA tout en amenant de plus en plus d’étudiants dans l’enseignement supérieur long (licence-master) au détriment de l’enseignement supérieur court et plus généralement de la problématique générale de la réussite scolaire et étudiante.

 Olivier Rollot : Dans votre livre vous vous montrez très critique sur notre système éducatif dont vous constatez notamment « l’immobilisme étayé par de puissants lobbies ».

Philippe Jamet : Nous sommes tous responsables de l’état des lieux actuel car prisonniers d’un certain nombre de représentations.… Lire la suite

Comment vivent les campus dans le monde ?

C’était le thème de son colloque annuel en 2016. La Conférence des présidents d’université et la Caisse des Dépôts ont réalisé un benchmark international portant sur des Modèles économiques innovants et des exemples de financements pour améliorer la vie de campus. D’autres études et un cas pratique pour bien saisir tous les enjeux du développement des campus.

Une dynamique d’ouverture du campus sur le monde extérieur

A travers douze études de cas, le benchmark mené par la CPU entend « identifier des solutions alternatives aux modèles actuels de financement d’activités ou d’équipements, illustrer concrètement des modèles économiques innovants, et mettre en avant des modes de partenariat et de collaboration originaux avec les acteurs du territoire ». Cinq champs de la vie de campus sont examinés : la culture, la santé, le sport, les relations avec le monde économique, et le patrimoine.

Les exemples étudiés attestent d’abord d’une dynamique d’ouverture du campus sur le monde extérieur et notamment une tendance à ouvrir l’usage des équipements à des personnes extérieures à l’université.… Lire la suite

Qui sont les étudiants à l’université ?

Le ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche vient de publier une note sur Les étudiants inscrits dans les universités françaises en 2015-2016, soit près d’1,6 million. Si la hausse est de 4% en 1 an, 1,2% sont dus aux inscriptions parallèles des étudiants de CPGE. Dans le détail, les effectifs sont en hausse en cursus licence (+ 2,9% hors doubles inscriptions et 967 000 étudiants) et master (+ 3,2% avec la montée en charge des inscriptions en masters MEEF – métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation -, pour 566 500 étudiants) mais diminuent en doctorat (-1,6% et 59 700 étudiants).

Les nouveaux entrants. Le nombre de nouveaux bacheliers s’inscrivant à l’université est en hausse de 7,9% à la rentrée 2015 dans un contexte de baisse du nombre de (- 1,1%) mais de forte hausse des bacheliers généraux (+ 3,7% par rapport à 2014).… Lire la suite

« La BCE a un vrai pouvoir d’attraction »

Directeur des admissions et concours de la chambre de commerce et d’industrie Paris Ile-de-France, Philippe Régimbart joue à ce titre un rôle essentiel dans l’organisation du principal concours d’admission des élèves de classes prépas économiques et commerciales, la BCE. Il revient avec nous sur son fonctionnement.

Olivier Rollot : Il y a maintenant trois ans que vous avez pris la direction des admissions et concours (DAC) de la CCI Paris Ile-de-France. A ce titre vous organisez notamment le concours de la Banque commune d’épreuves (BCE) qui réunit 24 grandes écoles de management et trois écoles associées (Saint-Cyr, l’ENS Cachan et l’Ensae). Comment se porte le concours ?

Philippe Régimbart : Bien si j’en crois les nouveaux membres que nous accueillons chaque année : en 2014 l’ISG passe du statut d’école associée à membre, en 2015 c’est au tour de Brest Business School et du Groupe ESC Clermont de faire leur retour dans la BCE et cette année ICN Busines School nous rejoint.… Lire la suite

Pour ses 15 ans, Sciences Po renforce son dispositif « égalité des chances »

A l’occasion de la célébration des 15 ans de son programme d’égalité des chances Sciences Po et des Conventions éducation prioritaire (CEP), Sciences Po renforce son dispositif et crée ses « premiers campus » qui accueilleront les lycéens boursiers lors des vacances scolaires pour les préparer à une intégration réussie dans l’enseignement supérieur. Des « Cordées de la réussite » à la mode Sciences Po ?

Les effets des « conventions ZEP »

En 15 ans, Sciences Po a admis 1611 élèves par la procédure CEP. Parmi eux, déjà 642 diplômés issus de 10 promotions ont rejoint la communauté des alumni. Près de 11 000 élèves ont participé aux ateliers Sciences Po au sein des lycées.  En 2016, les aides directes versées représentent environ 10 millions d’euros. Elles ont bénéficié à 37% des étudiants, qu’ils soient boursiers ou aidés.

Il y a 15 ans, la première promotion comptait 17 étudiants admis à travers des conventions avec 7 lycées.… Lire la suite

KEDGE Business School et l’UTC créent une « 3ème voie hybride »

L’UTC et KEDGE Business School créent ensemble une formule d’enseignement post bac inédite en matière de pédagogie axée sur l’hybridation des compétences. Dès la rentrée 2017, le programme « Ingénierie et Management du Numérique » en 5 ans sera proposée pour les bacheliers, et une offre similaire sera déclinée en formation continue sur Paris pour les managers.

Ne plus avoir à choisir

« Les bacheliers n’auront plus à choisir à la sortie du bac entre sciences de l’ingénieur, sciences du management ou sciences humaines. Nous leur offrons une voie qui n’existe pas actuellement », explique Alain Storck, le président de l’UTC. De très nombreuses écoles recherchent l’hybridation des cursus en fin de formation alors que, selon l’UTC et Kedge, il faudrait commencer dès le début du parcours.  « Les entreprises avec lesquelles nous vivons nous parlent de compétences hybridées et de collaborateurs agiles capables d’innover. Elles regrettent parfois les expertises trop verticales, trop spécialisées », souligne de son côté Thomas Froehlicher, directeur général et doyen de KEDGE BS.… Lire la suite

Les écoles sous tutelle du ministère de la Défense précisent leurs ambitions

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a signé cette semaine les nouveaux contrats d’objectifs et de performance (COP) de trois écoles sous sa tutelle : l’Ecole polytechnique, l’Ensta ParisTech et l’Isae-SupAereo.

L’École polytechnique toujours plus internationale

La stratégie de croissance de l’X présentée dans le COP 2017-2021 sera déclinée selon les trois missions principales de l’École : recherche, formation et entrepreneuriat. Cette stratégie s’appuiera, au plan institutionnel, sur une politique partenariale proactive et aura pour corollaire une politique ambitieuse d’expansion et de rénovation immobilière. Le développement de l’offre de formation vise à accroître les effectifs étudiants, essentiellement en provenance de l’international, tout en maintenant le niveau d’excellence. Les effectifs devront ainsi s’élever à 4 000 étudiants dans les 5 ans (avec un objectif de 4 700 dans les 10 ans), sans « sacrifier l’exigence de sélectivité ». Dans cette optique, les effectifs du cycle ingénieur polytechnicien seront portés à 425 élèves français et 140 élèves internationaux.… Lire la suite